NatureMan Var (83)

Samedi 3 Octobre 2020

NatureMan – 3 Octobre 2020

Mon premier Half, ma plus belle bataille.

Ça a été dur de poser des émotions dans ce compte rendu. Ça a été dur de tout écrire, tout retranscrire, parce que c’était tellement fort, tellement intense, que tout est encore bloqué au plus profond de moi même.
Toutes ces émotions sont là et ont du mal à sortir. C’est encore le cas aujourd’hui.
Alors j’ai écris d’une traite ce que j’ai vécu et ressenti sur ce premier format half, en espérant que tout cela renvoie au maximum vers vous ce que j’ai pu vivre samedi 3 octobre 2020.
Moi qui pensais qu’il serait facile de tout résumer en une seule fois…
Merci à ceux qui liront jusqu’au bout ces quelques mots.
Merci à tous d’avoir été là, par vos encouragements, vos petits mots 🙏🏻
Rien n’égale le soutien dans ces moments là.

Samedi 3 Octobre, 5h50‬:

Le réveil sonne, c’est le GRAND JOUR! Excitée comme une puce, je cours sous la douche, j’enfile ma trifonction. Tresses, tatouages, puce ok.
Un bon petit déj entre copains et…
‪7h30: c’est l’heure de partir pour le Lac de Sainte Croix. Si vous avez croisé un groupe cyclistes 🚴🏻‍♂️ bleus, n’ayez aucun doute c’était nous 💙‬
8h: Arrivée dans le parc à vélo, quel bonheur de retrouver cette ambiance, ça m’avait tant manqué!
‪8h30: Moment émotion quand on me glisse à l’oreille: « C’est ta course, tu t’es préparée pour ça, t’as le droit de pleurer autant que tu veux, c’est ton Everest, arraches tout. »‬
‪8h55: Affaires ok, combi enfilée. Le speaker appelle « la 1ère vague féminine à se diriger vers la plage ».‬
C’est un pas après l’autre, le regard fixé vers le lac, que je marche aux côtés des copines de l’Asvel sous les applaudissements du public et des triathlètes.
L’émotion monte…Ca y est, j’y suis!
Entre copines sur la 1ère ligne de départ🥰
Briefing sur le parcours nat’ 2300m (on apprendra plus tard que la bouée orange que l’on doit viser avait fait Roadtrip pendant la nuit!).
On se souhaite bonne chance avec Jennifer et Julie et…Le bruit retenti, ce bruit si familier que je n’avais pas entendu depuis 1an:CORNE DE BRUME, c’est le DÉPART 🤩
Je cours et je plonge dans ce lac bleu pour attaquer ma course. Objectif, être focus, rester CONCENTREE.
Après une belle ligne droite où je pose ma nage, j’atteins la 1ère bouée et c’est sur ce virage que j’accélère. Plus loin, je sens des vagues arriver, des bulldozers de la nat passent 😂(et je gagne un petit coup dans la tempe🤪)
Levé de soleil droit devant, je vois petit à petit la sortie d’eau se rapprocher.
2300m sur la montre, il reste à peu près 500m: pas de doutes, la bouée a bien dérivé😛
Après 2800m, je sors 21ème féminine de cette partie natation en 47mn.
J’entends les copains « Allez Margoot!! ». Un petit coucou à Blandine puis je cours sur le tapis violet, direction mon vélo.
T1: Sacré combi, elle ne veut pas me quitter😅
Avec Camille, vélos à la main en courant vers le départ, « bonne course ! ».
Le speaker « Avec l’Asvel il y a une course dans la course! »😂
Goo pour mes jambes sur 92km et 1400D+, les choses sérieuses commencent.

NatureMan – 3 Octobre 2020

Ça devient une habitude: sortir bien en nat’ et me faire doubler en vélo.

L’avantage ? Samedi, j’ai pu voir défiler les copains dès la 1ère montée😂
Bruno: « On est pas bien là? »

Rémi: « Allez courage, Manon est derrière toi! »

Manon: « Hey Championne! »

Julie « Allez ma Margot! »

Alexis « Ça mouline par ici! »

Thomas: tranquillou!
Au moment où je dis STOP à la petite voix autoflagellation😈 dans ma tête, j’arrive enfin au village d’Aiguine.
Cyril me rattrape: « Allez championne !! C’est bien ce que tu fais! ».
J’attaque la 1ère descente, confiante, reboostée. Et quel parcours MAGNIFIQUE😍
Objectif: solide et liquide avant le km40 où « L’enfer du Sud » m’attend.
Une côte de 16% en lacets, sur 1km.
Je dois bien gérer mon effort jusque là.
Km39: encouragements du paparazzi préféré qui braque l’objectif sur moi. Ça me donne encore plus d’énergie pour attaquer la fameuse côte, qui se rapproche. Elle hantait mes nuits…Elle est là…devant moi!
Concentration de l’extrême, allure constante, je garde un pignon sous le coude, FEU!
Je repense à la reco, j’avais craqué en pleine ascension, mais aujourd’hui PAS QUESTION de lâcher.
Plus je monte, plus je vois la galère en bas. Certains s’arrêtent.6km/h, je vous laisse imaginer. Et quel silence! Concentration, douleur.
Je crois que je n’avais pas été autant concentrée 🧠 que depuis l’Alpe d’Huez!
Dernier virage, je pousse à fond, arrivée en haut: DELIVRANCE!! « Sa m***! » J’entends « Ouais exactement! » à côté 😂
BORDEL, j’ai franchi mon cauchemar de la course, je me sens tellement bien!
Je chope une gourde au vol et GO! Position aéro, que du plat, que du plaisir.
Je repense aux mots du coach « C’est ton projet, te préoccupe pas de ceux qui te doublent ou que tu double ».
C’est le moment d’envoyer les Watt🤪
FOCUS sur ça pendant environ 25km.
KM70: faux plats, montées..il reste 20km, les plus compliqués mentalement. Alors je pense très fort à la CAP, je réalise: je pose bientôt le vélo!
Je recroise le best photographe et lui souris tant bien que mal dans l’effort😅
Km92: après 4h13🚴🏻‍♀️ j’arrive dans le parc, j’accroche difficilement mon vélo et chausse les speedcross.
19,5km, 240D+ de trail arrivent, je sais déjà que cette CAP sera rude.

NatureMan – 3 Octobre 2020

Je commence à courir, le soleil est revenu, plaisir de se dégourdir les jambes.
Km 1,5: pause pipi dans les fourrés😂
Km3: le mental flanche « t’as fait que 3km, comment tu vas faire pour tenir encore 17😱 ». Heureusement que mes jambes me portent encore un peu et que Cyril m’attend au ravito pour courir un peu avec moi. Ça fait tellement de bien!

J’essaye tant bien que mal de le suivre, mais je n’arrive pas à tenir un rythme « c’est dur.. » je lui dit, avec une petite voix fragile. Il part devant « Tiens bon championne! »
A partir de cet instant, je conditionne mon mental, me fixe des objectifs, faut PAS FLANCHER!
Objectif N1: finir cette 1ère boucle de 10km. Une fois passée, je ferai la 2ème au mental. Concentration extrême, encore plus que sur le vélo.
C’est parti pour le 1er mur, je grimpe ce gros tas de terre jusqu’à arriver en haut, où je me remets à courir.
La descente derrière fait du bien!


Km7: je sais plus trop où j’en suis, c’est quand la fin de cette 1ere boucle ?
Mais je reste à allure constante:« tu vas le faire, concentre toi! »
Passage sur la plage, gros smile à Alex📸 bonheur🥰
Ça part direction la 2ème montée jusqu’au village (en escaliers sinon c’est pas drôle 😂)

Ça devient très dur, mon visage en témoigne.
Yves: « Allez ma grande lâche pas!! C’est super! ».
Km10: ENFIN la 2ème boucle« Allez, plus que 9,5km»
C’est clairement sur celle ci que j’ai souffert, que j’ai tout donné.

Faire abstraction de la souffrance mentale, de l’épuisement, penser à l’arrivée, qui est si proche et si loin en même temps.
Ma concentration est telle, que je ne vois plus ce qu’il y a autour de moi.
C’est dur.


Km15: Geraud me rattrape « Allez on fini ensemble! Après la montée, y a le ravito! » Je me traine, j’en peux plus, mais je finirai ce premier half!
Km19: Après cette 4ème et dernière côte, on atteint enfin le village.
J’entends la musique, les gens, le speaker… et là mon cœur S’EMBALLE!
On tourne à gauche, direction « finish line »,je vois l’arche, la ligne d’arrivée droit devant🤩
Mes émotions arrivent comme une tempête. Bouleversement quand je vois Julie qui m’attend…« ALLEZ L’ASVEL, ALLEZ MARGOT!!! ».
Je sens les larmes monter.

Elle se met à courir avec moi, c’est là
que je réalise et j’accélère.
Je suis sur ce tapis violet dont j’ai tant rêvé.
Je vois les couleurs du NatureMan, je vois tous ces gens et les copains qui sont là pour m’accueillir sur cette arrivée de folie! J’y suis, l’arche est là, devant moi!
Les larmes montent et mon cœur explose, entre joie et délivrance, tellement d’émotions🥺
C’est grand sourire, des étoiles pleins les yeux, mais surtout LA PLUS HEUREUSE que je franchis, après 7h38 d’efforts, la ligne d’arrivée de ce NatureMan 2020🤩!!
Julie se précipite sur moi et je m’effondre dans ses bras, je craque! Je pleure, je pleure de joie, toute cette pression accumulée depuis des mois, depuis le début de la course.
🏊🏻‍♀️ 2700m
🚴🏻‍♀️92km 1400mD+
🏃🏻‍♀️19,5km 240mD+
Mon premier Half, ma plus belle bataille.
Moi qui pensais ne pas en être capable, j’ai franchi mon Everest 2020.
Une semaine est passée et j’en ai encore les larmes aux yeux, des frissons et la tête encore là bas.
Chaque jour depuis ce samedi 3 octobre, je visualise les moment forts.
Des moments intenses de partage, d’émotions que ce sport nous permet de vivre.
Je crois que je ne suis jamais sentie aussi vivante que ce samedi 3 octobre.
Je ne comptais plus les « merci » essoufflés, voix cassée, que j’ai pu dire à tous ceux qui m’ont encouragé sur ce triathlon. Notamment en course à pied.
Alors un énorme MERCI 🙏🏻 à tous ceux qui m’ont soutenus de près ou de loin, qui m’ont aidée, qui ont cru en moi dans cette aventure: vous êtes magiques!
Merci à @cyril_scabello_triathlete pour sa présence extraordinaire.
Merci aux copains du club pour leur éternelle énergie de dingue.
Un merci tout particulier à @juliesudre38 et @triipat qui ont supportés mon stress pendant des semaines, pour leur soutien sans faille ❤️
Merci à @triuman_coaching sans qui je n’aurai pu être en condition pour aborder ce Triathlon.
Merci à la vie de m’avoir fait découvrir le triathlon il y a maintenant plus de 2ans, de me faire vivre ma passion aux côtés de gens géniaux❤️
Au delà du sport, il y a une chose que j’ai comprise: il faut se battre pour ce qu’on veut, aller chercher cette étincelle en nous, vibrer au rythme de nos rêves.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :